L’Apocalypse selon Shorgues

Posté le 5 février 2011

Au commencement, le livre
Je fus surpris de ce que la vieille femme me confia il y a quelques jours. Dans une vieille boîte à chaussures, sous plusieurs documents et d’anciens articles de journaux du XIXe siècle, se trouvait un cahier jauni par le temps dont la couverture cartonnée ressemblait à du cuir patiné par le temps. De quand datait-il ? Je n’en su rien.  » Prenez en soin  » m’avait dit cette femme sans autre commentaire.  » Je ne sais pas à qui le confier mais entre vos mains je suis sûr que vous saurez quoi en faire  » avait-elle ajouté de sa voix grave et rocailleuse des gens de Flandre. Elle ne m’en dit pas plus. Et je n’en saurai jamais plus de sa part puisqu’elle s’éteignit trois jours après. Je n’avais pris conscience de son cadeau qu’à sa mort. Comme pour me rappeler d’elle, pour saluer sa mémoire, je me décida d’ouvrir et de feuilleter ces parchemins et ce cahier d’étrange allure. A sa lecture je compris qu’il s’agissait d’un grimoire transmis de génération en génération.  » Du feu tu disparaîtras ou de sagesse tu le transmettra « , cette première phrase comme en introduction m’étonna. L’écriture était fort ancienne, tracée à la plume dont les arrondis des lettres étaient magnifiquement formés. Pas une seule maladresse dans cette écriture. Des signes étranges sont tracés à chaque page, au bas de chaque feuille. Selon les numéros indiqués s’ajoute un signe du zodiaque. Les textes qui se succèdent sont écrits avec finesse tantôt de rouge, tantôt de noir comme pour différencier leur importance. Des heures durant, je m’appliquais à déchiffrer ces phrases sibyllines dont certaines formules sont mentionnées en latin et en flamand. Un érudit devait être à l’origine de ce grimoire et je compris au fur et à mesure de mes lectures que d’autres le suivirent. Les écritures en témoignent. Je regrettais de plus en plus de n’avoir pas questionné plus longuement cette vieille femme, une veuve qui toute sa vie durant demeura dans son petit village des Flandres. Elle avait conservé le contenu de cette boîte conformément aux souhaits de son mari décédé il y a une trentaine d’années. Elle avait du sentir sa mort venir pour me confier aussi rapidement cet héritage particulier.  » De sagesse ou de folie tu t’exprimeras mais jamais tu n’interromperas cette chaîne. Quand de nuit, lune sera belle et pleine que la mare reflètera le silence céleste tu sauras alors qu’il est temps de briser le sceau et d’annoncer ce que je te révèlerai « . Plus je parcours ces pages, plus je me sens étrangement saisi par des émotions inhabituelles mêlées d’angoisse et de sérénité. Difficile à ce jour d’évoquer encore mes premières impressions. Mal à l’aise par ce genre de littérature que je considère naïve et d’un autre temps, je décida de refermer ce grimoire et le remettre dans sa boîte usée par le temps. Je ne savais pas quoi faire de tout cela. Nul doute que des collectionneurs, généalogistes et passionnés de vieux documents seraient preneurs d’un tel cadeau. J’envisageai alors de m’en dessaisir jusqu’à ce jour où après m’être rendu au cimetière où repose cette vieille femme je fus pris d’une irrésistible envie de ressortir la boîte de retour chez moi, de me saisir à nouveau du grimoire.

Comme guidé par une force inconnu, j’ouvris machinalement à la page 13 et surgissant de ces lignes écrites à l’encre noire, ressortais d’un rouge fatigué ce paragraphe qui désormais me guide  » Du temps du recueillement suivra le temps du savoir et quand de la croix où gisants se reposent tu auras compris alors et de ton temps tu porteras les mots à la face des vivants. De terre mêlée de larmes naîtra la sagesse. Viendra toujours trop tôt après la lune endormie franchissant les frontières ces cavaliers toujours terrifiant aux multiples visages. Alors tu sauras que des bouches vérité sera dite au milieu des flots de paroles, entre peur et folie, des portes devront s’ouvrir. Apocalypse en sera la clef « . Je parvenais à peine à déchiffrer ces lignes qu’il me fallut du temps pour en saisir le sens. « Apocalypse en sera la clef  » dès lors je me suis attaché à étudier plus à fond ce grimoire qui de semaine en semaine me révèle bien des secrets dont désormais il m’incombe de transmettre. A bon entendeur !

A suivre

(Tout droit réservé)

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire